Accueil » Les déchets plastiques dans la mer
Les déchets plastique et l'océan

Les déchets plastiques dans la mer

De tous les déchets aquatiques présents dans l’océan, les déchets plastiques se retrouvent de plus en plus dans nos océans. pendant toutes ces années, 8 millions de tonnes de déchets plastiques sont rejetés de l’intérieur des terres vers la mer. Le plastique peut représenter jusqu’à 95 % des déchets marins dans certaines parties du monde.

La prévalence du plastique dans ces océans est due à la poursuite de la production industrielle. Pendant les années 1950, la production mondiale était de 1,5 million de tonnes contre 322 millions de tonnes en 2015.

Cette augmentation de la production s’explique par le fait que le plastique est un matériau bon marché, durable et facile à fabriquer. Sa durée de vie est bien supérieure à celle d’usage car une grande partie de sa production est destinée à la production d’articles à usage unique.

Une petite partie du plastique est recyclée, le reste est mis en décharge ou dans le milieu naturel. Le plastique ne se décompose jamais complètement dans l’environnement mais se décompose en petites particules difficiles à voir à l’œil nu.

Par conséquent, ces « microplastiques » sont difficilement détectables et ne peuvent pas être retirés du milieu naturel.

Les déchets plastiques aquatiques, qu’est-ce que c’est ?

Qu’ils soient en plastique, en verre, en tissu ou en métal, les déchets sont le résultat des activités humaines. Les déchets aquatiques sont définis comme « tout matériau ou objet produit et utilisé par l’homme directement ou indirectement jeté dans le milieu aquatique« .

Ces déchets, qu’ils soient flottants, échoués ou immergés dans l’eau, sont solides et difficiles à décomposer. Ils sont classés par taille et répartis en « macro déchets » (> 5 mm) et « micro déchets » (< 5 mm).

Les déchets plastiques aquatiques, d’où viennent-ils ?

Les déchets plastiques

La plupart des déchets proviennent de l’intérieur des terres et sont transportés par le vent, la pluie et les voies navigables vers la mer. Entre 1,15 et 2,41 millions de tonnes de plastique se déversent dans les océans par les rivières chaque année.

Lors des tempêtes et des fortes pluies, le niveau des rivières monte et entraîne la plupart des déchets sur les berges. Traversant des terres agricoles et industrielles ou des zones urbaines, les cours d’eau transportent de nombreux éléments (emballages alimentaires, conserves, mégots de cigarettes, etc.).

En ville, le réseau d’assainissement peut être saturé et les eaux usées sont rejetées directement dans le milieu naturel. Cependant, les déchets peuvent également être déversés sur les plages ou en mer en raison des activités agricoles, de pêche et de navigation.

La répartition des déchets plastiques que deviennent les déchets une fois dans l’océan ?

Les déchets transportés par le vent, la pluie et les rivières finissent par se jeter dans l’océan. Ainsi, une partie de ces déchets va sur nos plages, et la plupart d’entre eux coulent au fond de l’océan. Les déchets flottent parfois sur des distances impressionnantes avec les courants.

Parmi ceux-ci, les plastiques sont particulièrement problématiques pour l’environnement, car ils se décomposent en fines particules sous l’influence de la lumière du soleil et de l’activité bactérienne. Aujourd’hui, 5 milliards de particules de plastique flottent dans nos océans.

Par conséquent, les courants océaniques jouent un rôle important dans le transport et la distribution des débris marins à l’échelle mondiale.

C’est ainsi que certains déchets finissent dans des zones où l’activité humaine est faible ou inexistante. Par exemple, il y a beaucoup de déchets plastiques dans l’Arctique. Les courants océaniques agissent ici comme une véritable « conduite d’eau » vers les déchets.

L’impact des déchets sur la vie marine les déchets ont-ils un impact sur la vie aquatique ?

Qu’elle flotte à la surface, qu’elle repose sur le fond marin ou qu’elle s’échoue, la pollution plastique menace les écosystèmes aquatiques. En fait, ils peuvent nuire à de nombreuses espèces marines en les rendant immobiles. Les déchets peuvent également contenir des espèces envahissantes ou concentrer de nombreux polluants.

Cette pollution des mers et des océans a un impact sérieux sur toutes les espèces aquatiques. Aujourd’hui, la pollution plastique menace 693 espèces marines. Les débris sous-marins sont «l’appât» de la vie marine et sont confondus avec des proies familières.

Par exemple, comparer des sacs plastiques à des méduses est le cas de certaines espèces de tortues qui peuvent s’étouffer. Il en va de même lorsque les oiseaux de mer confondent le plastique avec de la nourriture.

On estime que 90 % des oiseaux marins ont un morceau de plastique dans l’estomac. Ce chiffre pourrait atteindre 99% d’ici 2050 à moins que des mesures efficaces ne soient prises pour réduire les plastiques entrant dans l’océan.

Un septième continent de déchets plastiques?

Le 7e continent, également connu sous le nom de Great Pacific Garbage Patch, est un groupe de déchets flottants situé dans l’océan Pacifique Nord, entre la Californie et le Japon.

En fait, il existe cinq zones de convergence de ce type, ou « rotateurs », sur le globe. Prenant la forme de « soupe de plastique », ces gyroscopes sont essentiellement composés de minuscules particules de plastique inférieures à 5 mm.

On estime que le Great Pacific Garbage Patch, ou 7e continent, peut contenir entre 45 et 129 000 tonnes de déchets.

Ingestion, enchevêtrement et blessures

Les déchets plastiques

Les animaux marins (oiseaux, poissons, etc.) pénètrent dans différents types de déchets, provoquant de multiples blessures, noyades et immobilisations. Cela peut empêcher l’animal de téter, de respirer ou même de provoquer la mort.

Par exemple, les filets de pêche abandonnés ou perdus continuent d’attraper des milliers de poissons, de tortues, d’oiseaux et de mammifères marins au fil des ans.

Ce phénomène est appelé « pêche fantôme« . Les articles de pêche abandonnés ou perdus sont estimés à 640 000 tonnes de déchets.

Transport d’espèces invasives

Les déchets qui flottent le long du cours d’eau favorisent le transport d’espèces envahissantes. Généralement des mollusques ou des algues mais aussi des micro-organismes qui se fixent sur ces déchets et finissent ensuite à des milliers de kilomètres d’où ils viennent. Ce phénomène perturbe en profondeur les écosystèmes locaux.

Concentration de polluants

Les microplastiques présents en grande quantité dans les océans ont la propriété particulière d’immobiliser et d’accumuler divers polluants. Ces polluants présentent un risque toxique pour les animaux marins qui les ingèrent.

Que faire pour réduire la pollution et les déchets plastique ?

Les déchets plastiques

Les déchets plastiques aujourd’hui omniprésents dans l’environnement proviennent des activités humaines et sont en augmentation depuis 1950. Aujourd’hui, nous produisons 200 fois plus de plastique qu’il y a 70 ans, ce qui équivaut à 8 millions de tonnes de déchets déversés dans l’océan chaque année.

L’impact de cette pollution sur la biodiversité est important. L’ajout de ce plastique à l’environnement met toute la vie aquatique en danger.

Cette pollution menace directement 693 espèces marines. Une étude australienne récente a révélé que 9 oiseaux sur 10 ont du plastique dans l’estomac.

Des solutions pour réduire ces chiffres ? Il existe actuellement de nombreuses solutions pour collecter ces déchets. L’impact direct sur les polluants reste la solution la plus efficace. Réduire notre consommation quotidienne de plastique est un défi auquel nous pouvons faire face.

Pour obtenir plus d’informations sur le réchauffement climatique lisez cet article

2 Comments

Laisser un commentaire